Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Une des Paroles de l'Église Invisible

Articles récents

Est-ce vraiment utile de se chercher le maximum de points communs théologiques?

3 Janvier 2021 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #interreligieux, #foi, #éthique

Membre de la FLDS (dissidence mormone) et ses femmes

Membre de la FLDS (dissidence mormone) et ses femmes

   Alors, quelqu'un sur l'une de mes vidéos (une vidéo non-religieuse par ailleurs) me demandait de bien vouloir en réaliser une sur les points communs entre christianisme et islam. J'ai envie de facto de répondre que s'il y a bien quelques points théologiques communs (et surtout avec l'arianisme et le protestantisme tant primitif qu'actuel), il y a surtout énormément de différences théologiques.

   Mais avant d'aller plus loin, pourquoi ne pas se contenter de regarder les points communs entre chrétiens et musulmans plutôt qu'entre christianisme et islam?

   Premièrement nous sommes humains donc frères, ensuite nous sommes monothéistes croyant en un Dieu Créateur de l'Univers Visible et Invisible, Dieu Unique et Identique pour tous les êtres humains.

   Donc, en tant qu'humains et en tant que monothéistes nous sommes semblables malgré nos différences! Chercher à annihiler ces différences en cherchant une espèce de fusion universelle serait faire de la mauvaise globalisation d'effacement des richesses culturelles qui se trouvent dans lesdites différences.

   Bon, pour plus de renseignements sur les points communs (rares) et les différences (nombreuses) vous pouvez toujours vous référer aux émissions religieuses du dimanche matin de 8h45 à midi sur France 2.

Lire la suite

Noël: la réalisation de la promesse divine

24 Décembre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #foi, #prédestination, #salut, #œuvres

Noël: la réalisation de la promesse divine

   Ce 24 décembre au soir nous allons, malgré les situations difficiles dues à la pandémie de coronavirus du CoViD-19, fêter Noël. Tout d'abord non, Noël n'est pas la fête d'un gros à la barbe blanche et habillé tout en rouge qui passe son temps à faire les cheminées, ni la fête des confiseurs ou chefs étoilés.

   C'est la réalisation d'une promesse divine se réalisant, comme prévu par la naissance du Messie, du Christ, Jésus («Dieu sauve»). Quelle est cette promesse de Dieu? Faire naître un fils d'une vierge? Même si Isaïe (Ésaïe) prophétise bel et bien qu'il doit en être ainsi du Sauveur (cf. Is 7.14-15), il ne s'agit évidemment pas de la promesse divine à proprement parler dans sa seule dimension.

   Cette promesse ne concerne pas que le Peuple Juif, car comme nous pouvons le lire en Is 8.23: Mais les ténèbres ne règneront pas toujours sur la terre où il y a maintenant des angoisses: Si les temps passés ont couvert d'opprobre le pays de Zabulon et le pays de Nephtali, les temps à venir couvriront de gloire la contrée voisine de la mer, au-delà du Jourdain, le territoire des païens.

   On lira avec grande émotion cette promesse en Is 8.23-9.6.

   Un Sauveur est né. Il est venu sauver les juifs en premier, certes, et les Évangiles le rappellent, mais surtout il est venu ouvrir l'Alliance à l'ensemble de l'Humanité et non plus à un seul Peuple en particulier!

   C'est pourquoi on retrace cette nuit du 24 décembre, ou les jours de l'Avent, le récit de ces "Rois Mages", figures des Rois des pays païens, venus adorer le Christ en suivant une étoile qui, elle, est l'emblème de la Royauté de Jésus.

   À partir de maintenant nous avons le devoir de suivre les enseignements de Jésus, qui sont enseignements de Dieu, qui sont répétition des Dix Commandements (ou Décalogue), nous tous, juifs et non-juifs. Car Dieu nous a tous choisis pour participer à sa gloire dans le futur avènement du Royaume de Dieu!

Lire la suite

Le débat entre Constantin et Arius n'était-il pas inutile?

3 Décembre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #hérésies, #dialogue, #interreligieux, #œcuménique, #œcuménisme

   Tous les lecteurs de ce blog le savent, jusqu'ici je faisais grand cas d'un des points de l'arianisme qui me semblait important: la nature "véritable" du Christ, homme ou dieu?

   Ce n'est un point qui est devenu exacerbé et important aux yeux des Églises Catholiques Romaines et Protestantes qu'avec l'apparition de l'Islam qui admet Jésus comme Messie mais non comme Dieu. À notre époque de relance de la conversion mondiale tant par les protestants que par les catholiques romains (les orthodoxes étant beaucoup moins prosélytes) ce sujet revient sur le devant de la scène, cette fois non plus comme point de débat entre ariens et constantiniens mais entre chrétiens et musulmans.

   Néanmoins ce débat millénaire initié par Arius a-t-il, à la lecture des Prophètes (qui sont tous reconnus par l'Islam d'ailleurs), une réelle utilité?

   Si je lis le Prophète Ésaïe (ou Isaïe), en Es 9.5 on peut lire: Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule; on l'appellera Admirable-Conseiller, Dieu Tout-Puissant, Père éternel, Prince de la Paix.

   Donc, puisqu'il a été prophétisé grosso-modo un millénaire avant Constantin que Jésus-Christ serait appelé «Dieu», aller contre ce fait serait aller contre la prophétie et tout débat à ce sujet est clairement inutile sauf pour cadrer certains concepts.

   Cadrer par exemple le concept de «Marie mère de Dieu», un concept qui cette-fois divise catholiques romains et protestants; et non sans raisons. Car qui peut se dire "mère d'un dieu" sinon une déesse? D'où la dérive vers une Marie-Déesse déjà évoquée ici.

   Sur ce sujet on se reportera aux catéchismes chrétiens qui veulent que Jésus-Christ (Messie) soit «à la fois Vrai Homme et Vrai Dieu». S'il est "Vrai Homme" c'est bien pour être né de la Vierge Marie. Donc Marie est «mère du Christ»; et s'il est "Vrai Dieu" c'est bien non pas par nature génétique ou biologique (ce que ne comprennent pas toujours les musulmans lorsqu'on parle de "Fils de Dieu") mais bien pour avoir été conçu du Saint-Esprit, c'est à dire de "Dieu le Père".

   En dehors de cela, et dans l'absolu, il n'y a pas à être choqué d'entendre Jésus le Christ être qualifié de Dieu.

   Mais est-il «Dieu le Père fait chair» pour autant? Quels éléments nous permettent de répondre à cette question?

   Premièrement et simplement on doit bien être d'accord sur le fait que, contrairement à Satan, Dieu ne trompe pas. C'est-à-dire que Dieu ne saurait mentir ni par action ni par omission.

   Or que dit Dieu de Jésus-Christ? Rappelons-nous du baptême de Jésus par Jean le Baptiste. Lorsque Jésus sort de l'eau, une voix, celle du Seigneur, se fait entendre et déclare: «voici mon fils bien aimé en qui j'ai mis toute ma joie» et non pas «me voici parmi vous» ou «voici le corps dans lequel je vais habiter»!

   Donc le débat d'Arius, ne s'opposant pas au fait de qualifier Jésus de divinité mais bien s'opposant au fait d'identifier Jésus avec le Dieu Unique fait chair, est en ce sens tout-à-fait utile.

Lire la suite

Fratelli Tutti et Observatoire Pharos, des publications saines et saintes!

25 Novembre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #foi, #interreligieux, #philosophie, #œcuménique, #œcuménisme, #œuvres

   L'encyclique du Pape François "Fratelli Tutti""Tous Frères" nous prend à bras-le-corps dès le début. Une œuvre bienvenue qui vient compléter un rapport sorti le 21 Septembre 2020 à l'occasion de la Journée Internationale de la Paix par l'organisation Observatoire Pharos. Rapport qui éclaire le lien existant entre paix dans une région et respect de la diversité culturelle et religieuse.

   Ce rapport de l'Observatoire Pharos est librement distribuable gratuitement dans sa version numérique PDF présentée dans un format de page permettant de le lire aisément tant sur une "liseuse" noir-et-blanc que sur tablette. Il est important car il n'évite pas les réalités du terrain, les réalités qui fâchèrent autrefois pour être aujourd'hui facteurs centripètes des régions analysées.

   Le voici donc; c'est un bon complément concret sur l'encyclique papale:

   Et l'encyclique, j'en fais publicité ici, dans toutes les librairies et en version numérique sur Amazon (à très petit prix comparé à l'édition imprimée):

   Et les lecteurs de l'encycliques auront tous forcément remarqué une contradiction interne au discours du Vatican; en ce que Fratelli Tutti, l'option «tous frères» s'oppose à la Mission évangélisatrice mondiale décrétée pourtant par le même Pape François en 2019!

   Soit je reconnais autrui comme «mon frère tel qu'il est, comme il est, avec son entière altérité propre», soit je n'admets pas cette altérité propre et ne peut le considérer comme «frère» mais comme «objet» d'une "conversion nécessaire" au catholicisme romain.

   S'oppose alors à l'encyclique un «tous frères» qui implique de mettre sa fierté de croyant de côté et, d'un autre côté, une guerre, une Mission, d'évangélisation où je place en premier ma fierté d'être croyant et où mes frères ne peuvent être que d'autres croyants de ma religion propre...

   Cela le Pape l'aborde dès le début de son encyclique Fratelli Tutti, en citant une phrase pleine de sagesse de Saint François d'Assise. Celui qui parti pour convertir en paix, puis abandonna cet orgueil pour reconnaître l'humilité que nécessite la fraternité!

Lire la suite

La Mouche, créature divine et figure du pauvre.

5 Novembre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #foi, #philosophie, #éthique, #œuvres

La Mouche, créature divine et figure du pauvre.

Où je réfléchis à la mouche, créature divine comme toutes les créatures, et à sa fonction de "figure du pauvre". Sur une lecture du Livre de la Sagesse (Sg 11,23-12,1). Avec les notions en fin de vidéo de "nature et humanité libres", de "Dieu non-dictateur fasciste" et de la responsabilité unique de l'espèce humaine de réguler ou dérégler les équilibres naturels.

Lire la suite

Essai oecuménique de Chapelet Médité Protestant... (et dizainier médité)

2 Novembre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #œcuménique, #œcuménisme, #dogmes, #foi, #salut, #œuvres

   Nouvelle et ultime (normalement) version.

   «Mais dans quelle voie vaine, stérile et inutile s'est donc fourvoyé celui-ci?» pourront penser beaucoup à la lecture d'un tel titre. Pourtant l'œcuménisme est une tâche importante (cf. Tite 3.9-11 voir l'explication sur les différentes traductions en fin d'article) et s'il n'est pas question d'imposer la litanie des cinq séries de dix Ave Maria, par l'aide du Saint-Esprit on découvre une utilité toute chrétienne tant pour le catholique romain que l'orthodoxe que le protestant à ces dix grains.

   En effet, dix! Dix comme? Exactement!

   D'où non-seulement une adaptation du Chapelet Médité, mais aussi l'institution d'un Dizainier Médité.

   Cette nouvelle version, très probablement définitive, la seconde édition, contient une liste de références bibliques pour chaque Mystères ainsi qu'une explication nécessaire, même pour le catholique romain, du Credo Symbole des Apôtres cité dans la brochure.

   Le lien vers la version papier sur le magasin en France d'Amazon (mais on préfèrera la version numérique: l'espèce humaine est la seule espèce qui détruit des arbres pour en faire du papier sur lequel elle écrit qu'il faut sauver les forêts!) est:

https://www.amazon.fr/dp/B08LNG9TN5

   Le lien vers la version numérique du magasin France est:

https://www.amazon.fr/dp/B08LPBWSWY

   Résumé suffisant de la brochure disponible à ces liens.

---------------------------

Traductions de Tite 3.9-11

   La première fois que j'ai lu Tite au chapitre 3 versets 9 à 11 c'était dans une Bible de traduction protestante. Je n'ai tiqué sur aucun mot. Mais en la lisant dans la TOB (Traduction Œcuménique de la Bible) puis dans la Traduction Officielle Liturgique je rencontre un mot qui historiquement ne doit pas s'y trouver.

   Il y est dans ces versions en effet question de «hérétique(s)». Or à l'époque au Paul écrit cette Lettre (ou Épître) à Tite, ce mot n'a strictement aucune signification parmi les chrétiens.

   En effet il existe déjà à cette époque une multitude d'églises, éparses géographiquement et également différentes en terme d'enseignement particulier - "d'école de pensée". On peut compter grosso-modo jusqu'à au moins une trentaine d'écoles de pensées, d'églises, différentes bien que déjà «toutes en communion avec Pierre» (et pas encore Rome).

   Le terme exact en replaçant dans ce contexte historique la traduction est donc bien la première lue dans la Bible protestante, à savoir «ceux qui créent des divisions» et selon la Louis Segond «celui qui provoque des divisions».

   C'est je pense une précision importante surtout à l'ampleur que prend le mot hérétique tant à l'époque (qui signifie "non chrétien") qu'aujourd'hui ("non bon catholique romain").

Lire la suite

Caricatures, comment penser le Blasphème pour un Croyant en Démocratie?

20 Octobre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #foi, #hérésies, #interreligieux, #philosophie, #salut, #œuvres, #éthique

   On l'aura compris, je veux aborder ici la décapitation d'un professeur d'Histoire-Géo en France après qu'il ait consacré un cours à la une récente du Charlie Hebdo montrant des caricatures de Muhammad.

   D'abord notons que l'étude du Charlie Hebdo ne se trouve certainement pas dans le programme officiel de l'Enseignement Français pour le cours d'Histoire-Géographie. Donc ce prof sortait de son rôle.

   Ensuite, soyons clairs, nous sommes en démocratie, c'est-à-dire en Liberté de Débat. Et même le Coran ne va pas contre cette liberté de débat; aucune religion si on la comprend bien ne va contre la liberté de débat. Et, face au blasphème seul un débat peut l'emporter!

   Blasphémer est un acte d'incompréhension du blasphémateur envers une croyance. Si je l'injurie ou le menace physiquement, allant jusqu'à le tuer comme cela s'est passé ici, je ne réussirai à faire qu'une seule chose: l'endurcir lui et ceux qui pensent comme lui, les faire persévérer dans leur mauvaise voie car ils se sentiront persécutés.

   Or il y a un naturel humain "de gauche" ou "du cœur" à préférer le persécuté au persécuteur, sans qu'on se soucie de savoir de quel côté se trouve la raison.

   Face à quelqu'un qui blasphème la seule chose à faire est d'opposer non la violence persécutrice mais bien la Raison Argumentative, de telle sorte que si ce dialogue est refusé par le blasphémateur il en devienne lui-même ce qu'il est à la base: persécuteur et non plus persécuté!

   Par ailleurs un tel débat peut être profitable. Je ne dois pas penser à sauver ma dignité mais à sauver celui que je pense être dans l'erreur. C'est là la seule attitude digne de Dieu, le «Miséricordieux». Comme écrit dans la partie centrale de la Sourate La Lumière«ne vous vantez pas d'être Justes car vous ne l'êtes que pour avoir été pardonnés»!

   Les vraies problématiques avec les caricatures de tous types sont de deux ordres.

1.

   On nous dit «la caricature est typique de la culture française, elle date de la Révolution». Outre qu'elle n'est pas typiquement française, la caricature n'a jamais été employée pour autre chose que de propager des mensonges sur un groupe social ou un individu en particulier. On se souviendra ici des caricatures antisémites et des caricatures touchant aux personnes de la Famille Royale française. Des mensonges pour agiter le Peuple et le préparer à commettre maints délits meurtriers.

   En ce sens la caricature de presse est à la photographie de presse ce que le slogan est à l'éditorial.

2.

   Il faut bien admettre qu'il n'y a pas égalité dans la caricature et le blasphème. Ainsi on demande aux croyants (musulmans et chrétiens principalement) d'accepter que leur foi en fasse l'objet tout en interdisant d'user du blasphème et de la caricature contre des pans entiers de la population: juifs, homosexuels, francs-maçons, écologistes, noirs, etc.

   En ce sens la caricature de par sa pratique même rend caduque le second item de la Devise Républicaine Française: l'Égalité!

   Mais si être porteur de Foi est à ce prix, alors tant pis, soyons persécutés et ne devenons pas persécuteurs!

Lire la suite

Dieu et Bonheur, une compatibilité vraiment évidente? (le Diable et le Bon Dieu)

15 Septembre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #foi, #dialogue, #interreligieux, #prédestination, #salut, #éthique, #philosophie, #œuvres

Le Bonheur "ici-bas" est-il le lot promis par Dieu aux croyants chrétiens et musulmans (ainsi que juifs, mais là je n'en parle pas)? Quel est le sens de l'autoflagellation? S'agit-il d'"expier" ou plutôt d'"expirer"?

Lire la suite

Il y a une différence entre syncrétisme et fusion des contraires!

5 Août 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #dogmes, #foi, #hérésies, #interreligieux, #philosophie, #salut, #œuvres, #prédestination

L'émission juive de France 2 "À l'Origine" ("Berechit") a invité le Dimanche 26 Juillet 2020 le philosophe Franz-Olivier Giesbert (qui nous a prouvé qu'il y avait environ 7 milliards de vrais philosophes sur Terre). On y a parlé religion et même religions, Dieu et même dieux et déesses. Pas nouveau de la part de juifs comme je l'explique dans cette vidéo.

Cette vidéo, ce Prêche Pastoral, se base essentiellement sur la lecture d'abord globale de l'Ancien Testament (la compilation des rouleaux et livres du judaïsme), puis particulière car très porteuse de morale des deux Livres des Rois.

En effet, il s'agit d'édifier certes les juifs mais les chrétiens de toutes dénominations également. Et personnellement je trouve triste que la majorité des prêches et homélies qui se prononcent actuellement dans le monde chrétien n'aient pour base que des extraits du Nouveau Testament (un évangile généralement) et non plus comme nourriture principale un passage de l'AT (Ancien Testament) que pourtant nous avons conservé dans notre Bible.

C'est comme si on avait combattu le marcionisme en tant qu'hérésie, c'est-à-dire à l'époque par le feu et le fer, les flammes des bûchers et les épées, par pur principe alors qu'en fait en ne commentant que le NT (Nouveau Testament) nous lui donnons raison!

Lire la suite

Militaire et chrétien, vraiment contradictoire?

17 Juillet 2020 , Rédigé par Town Ground Publié dans #foi, #prédestination, #salut, #éthique, #philosophie, #œuvres

Militaire et chrétien, vraiment contradictoire?

   Pour certains il pourrait apparaître que les termes « militaire » et « chrétien » sont contradictoires, et pourtant ce n’est pas pour rien qu’il y a des aumôniers militaires, des gens chargés de s’occuper des préoccupations religieuses, quelque soit la religion d’ailleurs, desdits militaires. Car en réfléchissant bien on découvre qu’il n’y a pas forcément contradiction.

   Mais il est vrai que la lecture brute des textes bibliques chrétiens font apparaître de prime abord une nette contradiction. Ainsi aux Livre du Prophète Isaïe (ou Ésaïe) et évangiles. Ainsi Jésus le Messie est venu annoncer que « en ces temps désormais le loup mangera à côté de la brebis », que, selon Isaïe, les Nations ne se feront plus la guerre, etc.

   Cela est vrai et doit rester le but, la fin du chemin à atteindre, pour tout chrétien y compris militaire. C’est un but mais nous ne pouvons nier le chemin ardu qui y mène et qui nécessite un genre d’hommes nommés « militaires ». Et même lorsque la Paix mondiale adviendra, que les nations et les idéologies ne se monteront plus les unes contre les autres, on aura besoin de ce genre d’hommes encore pendant un certain temps, même s’ils ne seront probablement plus nommés « militaires ». Je l’aborderai plus loin.

   Je dirais qu’une nation malsaine est une nation où l’armée n’a que vocation à répliquer / attaquer / tuer. Il existe énormément de nations malsaines, dont au moins une en Occident, dans l’un de ses plus grands pays, je veux parler des USA. Dans de telles nations la seule possibilité quasiment de se montrer chrétien, d’agir en tant que militaire chrétien, mène à être considéré comme un traître à la Patrie.

   Ainsi lorsque Donald Trump fut élu, un grand nombre de hauts gradés déclarèrent ouvertement que s’il donnait l’ordre d’appuyer sur le bouton rouge (l’arme nucléaire), eh bien ils ne le feraient pas ! Ce qui évidemment les enverrait en Cours Martiale et très certainement au peloton d’exécution…

   Mais heureusement dans beaucoup de pays également le rôle du soldat n’est pas que tuer. Souvenons-nous que Jésus déclare clairement que « il n’y a rien de plus grand que de donner son sang pour son frère ». Et justement, dans une nation normale, le rôle du militaire est de risquer sa vie pour sauver les autres, les civils.

   Bien évidemment on pensera en premier au rôle des Casques Bleus de l’ONU. Mais il y a du plus limpide ; ce qui me faisait dire plus haut que même lors de la paix mondiale on aurait encore besoin des militaires. Savez-vous par exemple qu’en Belgique on entraîne des régiments de militaires à faire du … déminage !

   Démineur, un métier très risqué, rendant directement service à la population sans tuer qui que ce soit sinon en risquant de se tuer soi-même, et relevant du métier de militaire.

   Mais il y a aussi les interventions récentes au Mali de l’armée française. À la fois pour protéger la population malienne mais aussi française et même mondiale. Car avec le terrorisme dit « islamiste », nous sommes entrés dans une Guerre Mondiale.

   Alors, de fait, ces militaires qui risquent leur vie pour nous, tuent également. Mais ce n’est pas leur faute : les gouvernements estiment moins cher le prix d’une balle que le prix d’une stratégie visant à faire des prisonniers et ensuite désembrigader lesdits prisonniers.

   Ce ne sont, de ce strict point de vue, pas les militaires qui doivent s’occuper de changer de paradigme de défense, mais bien les gouvernants.

   Donc, on le voit, il n’y a pas contradiction à être militaire et chrétien.

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>