Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Une des Paroles de l'Église Invisible

dogmes

Essai oecuménique de Chapelet Médité Protestant (et dizainier médité), troisième édition définitive 2021

24 Avril 2022 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #œcuménique, #œcuménisme, #dogmes, #foi, #salut, #œuvres

   Maintenant dans sa version gratuite, libre (eBook gratuit, libre, free of DRM) au format PDF de luxe (pour la police de caractère). En effet, c'est sans doute l'effet de Pâques, je me suis rappelé cette phrase de Jésus: «ce que vous avez reçu gratuitement, donnez-le gratuitement», et passant outre l'argumentation de Paul (dans l'une de ses épîtres) sur le revenu mérité par les Ministres de l'Évangélisation; je me suis dit que si j'ai bel-et-bien dû acheter deux de mes bibles (la traduction Louis Segond et la TOB, Traduction Œcuménique de la Bible), la première utilisée pour ébaucher cette petite brochure (une protestante éditions de Genève) a été reçue gratuitement alors que j'étais encore gamin et n'avait pas encore mal tourné (je m'en suis remis un peu depuis)...

   Donc il me semblait normal de partager cette brochure gratuitement.

   «Mais dans quelle voie vaine, stérile et inutile s'est donc fourvoyé celui-ci?» pourront penser beaucoup à la lecture d'un tel titre. Pourtant l'œcuménisme est une tâche importante (cf. Tite 3.9-11 voir l'explication sur les différentes traductions en fin d'article) et s'il n'est pas question d'imposer la litanie des cinq séries de dix Ave Maria, par l'aide du Saint-Esprit on découvre une utilité toute chrétienne tant pour le catholique romain que l'orthodoxe que le protestant à ces dix grains.

   En effet, dix! Dix comme? Exactement!

   D'où non-seulement une adaptation du Chapelet Médité, mais aussi l'institution d'un Dizainier Médité.

   Cette nouvelle version, très probablement définitive, la troisième édition, contient une liste de références bibliques pour chaque Mystères, parfois quelques pistes de méditations, ainsi qu'une explication nécessaire, même pour le catholique romain, du Credo Symbole des Apôtres cité dans la brochure.

eBook PDF: «ce que tu as reçu gratuitement, donne-le gratuitement»!

---------------------------

Traductions de Tite 3.9-11

   La première fois que j'ai lu Tite au chapitre 3 versets 9 à 11 c'était dans une Bible de traduction protestante. Je n'ai tiqué sur aucun mot. Mais en la lisant dans la TOB (Traduction Œcuménique de la Bible) puis dans la Traduction Officielle Liturgique je rencontre un mot qui historiquement ne doit pas s'y trouver.

   Il y est dans ces versions en effet question de «hérétique(s)». Or à l'époque où Paul écrit cette Lettre (ou Épître) à Tite, ce mot n'a strictement aucune signification parmi les chrétiens.

   En effet il existe déjà à cette époque une multitude d'églises, éparses géographiquement et également différentes en terme d'enseignement particulier - "d'école de pensée". On peut compter grosso-modo jusqu'à au moins une trentaine d'écoles de pensées, d'églises, différentes bien que déjà «toutes en communion avec Pierre» (et pas encore Rome) et comptant un total d'une soixantaine d'Évangiles.

   Le terme exact en replaçant dans ce contexte historique la traduction est donc bien la première lue dans la Bible protestante, à savoir «ceux qui créent des divisions» et selon la Louis Segond «celui qui provoque des divisions».

   C'est je pense une précision importante surtout à l'ampleur que prend le mot hérétique tant à l'époque (qui signifie "non chrétien") qu'aujourd'hui ("non bon catholique romain").

Lire la suite

La Bible et la Bible (le Texte) seule!

3 Avril 2022 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #hérésies

   Une des professions de Foi du protestantisme est «la Bible et la Bible seule!»; c'est-à-dire qu'une position n'est pas tenable en fonction du nombre de Sacrements reçus (et s'il y en a beaucoup dans le Catholicisme Romain, il n'y en a qu'un chez les Protestants: le Baptême) mais bien en fonction de son exactitude avec le contenu des Textes Sacrés, la Bible, Ancien et Nouveau Testaments.

   Dès lors je m'étonne que le mouvement de la Réforme initiée au XVIe Siècle (1517) ne se soit pas attaqué à un dogme de l'Église Catholique clairement en contradiction avec ladite Bible. Ce dogme, né seulement plus de trois siècles après le christianisme, voudrait que Jésus, le Messie, soit «Dieu fait chair». Pourtant de récentes enquêtes d'opinion montrent que 60% des Catholiques Romains français participant à la Communion (Eucharistie) n'y croient pas un seul instant et que c'est également le cas de 40% des Évangéliques d'Amérique du Nord.

   Outre qu'une lecture globale de la Bible nous indique une nette différence entre Jésus-Christ Messie et Dieu; on n'a pas besoin d'aller aussi loin pour le comprendre, la lecture de deux Évangiles nous suffit à appréhender l'hérésie que constitue ce dogme introduit par Constantin Ier.

   Ainsi, au récit du baptême de Jésus par Jean-le-Baptiste, après que Jésus soit sortie de l'eau une voix, celle de Dieu, se fait entendre et déclare: «voici mon fils bien-aimé en qui j'ai mis toute ma joie»; et non «me voici parmi vous».

   Partant du principe que Dieu n'est pas le Diable, le Diabolo, le "Double-Face", le "Trompeur" et que donc il ne saurait mentir ni par action ni par omission, on peut en déduire que Jésus-Christ est bien le Messie, le Fils de Dieu mais pas "Dieu fait chair".

   Bon, un théologien doublé d'un psychiatre pourrait faire une analyse contextuelle et nous parler du phénomène des hallucinations collectives qui prennent une signification selon le contexte culturel des individus y soumis.

   Parlons donc de ce que Jésus dit de lui-même.

   Il y a de nombreux passages dans les Évangiles où Jésus se distingue de Dieu le Père (notamment ses instants de prières). Mais j'en retiendrai un particulièrement significatif dans ce débat.

   C'est en Matthieu 20.23 (chapitre 20, verset 23): «vous boirez effectivement de ma coupe, leur dit Jésus. Mais ce n'est pas à moi de décider qui sera assis à ma droite et à ma gauche; ces places sont à ceux pour qui mon Père les a préparées».

   Il n'y a pas plus clair et les évangiles, même celui de Jean, sont remplis de ce genre d'exemples. Alors si on admet que Jésus serait «Dieu né du Vrai Dieu» ou «Dieu fait Chair», alors on peut aussi dire qu'avant d'être le "Roi des Juifs" c'était surtout et avant tout le "Roi des Schizophrènes"...

   Bref, j'en reviens au début: la Bible et la Bible seule! Et comme l'écrivait un théologien protestant; «là où le protestant dira la Foi en Jésus, le Catholique dira la Foi en l'Église»...

Lire la suite

En quoi Jésus nous a sauvés et rendus libres?

5 Janvier 2022 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #foi, #salut, #éthique, #œcuménisme, #œuvres, #prédestination, #dogmes, #dialogue, #interreligieux, #philosophie, #œcuménique

   Le nom de Jésus signifie littéralement en hébreu «Dieu Sauve», et de fait Jésus est le Messie, donc le sauveur, et on rajoute même dans la théologie protestante que Jésus nous a rendus libres. Pourquoi et en quoi?

   De fait, lorsqu'on pense "croire en Dieu", ce qui est différent disons-le tout de suite de "croire en une religion", on pense pour la majorité de nos contemporains malheureusement "asservissement, soumission, perte de liberté". Or, justement, Jésus le Christ est venu nous apprendre que croire en Dieu, avoir la Foi, c'est gagner en Liberté! En fait cela ne commence pas avec Jésus, même si c'est bien lui qui en tant que Messie vient l'accomplir, mais est relaté dès les Prophètes de l'Ancien Testament (la Bible Hébraïque), et on citera entre autres Isaïe (Ésaïe).

   Ainsi le prophète Isaïe relate que le Messie viendra «libérer les épaules du peuple d'Israël d'un lourd fardeau». De quel fardeau parle-t-il? Ce "fardeau" est explicité dans la Torah elle-même. En effet, Dieu y déclare au peuple juif: «je ne vous ai donné que dix Commandements mais vous n'avez pas été capables de les suivre, aussi je chargerai vos épaules d'un lourd fardeau»il s'agit des un peu plus de six cent (600) autres Lois de la Torah.

   Voilà ce dont Jésus vient alléger les épaules du peuple juif, pour ne garder que les Dix Commandements primitifs résumés en les très sages "deux Lois d'Amour": amour de Dieu et amour de l'Autre.

   Mais Jésus ne vient pas que libérer le Peuple Juif, il vient libérer l'Humanité toute entière toujours selon ce qui est prophétisé par Isaïe. Ce qui permet à l'Apôtre Paul de déclarer que «désormais il n'y a plus ni juifs ni païens, ni maîtres ni esclaves, ni hommes ni femmes»! Il n'y a plus que l'Humanité, une et indivisible.

   En ce sens donc, il n'y a plus non plus «ni chrétiens ni non-chrétiens»; l'enseignement de Jésus impose qu'il n'y ai plus de distinction entre un humain et un autre et en ce sens nous rend égaux.

   À tel point vrai que cette base inamovible des dix commandements (les dix paroles) se trouve être présente jusqu'à dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, pourtant écrite sous une époque on ne peut plus anti-cléricale et athée. Tous ces Droits Humains fondamentaux dérivent directement de l'universalité des dix commandements bibliques (que l'on trouvera en Exode chapitre 20, versets 3 à 17 inclus). Les Droits Humains ratifiés à l'ONU et écrits sous la période de la Révolution Française sont une liste allongée du résumé universel qu'en constituent les Dix Commandements bibliques du judéo-christianisme!

   On peut donc le dire, l'ère chrétienne entendue non comme institution religieuse mais comme rapport entre êtres humains entre eux est de facto réalisée et indépassable sauf à retourner en arrière, à dévoluer plutôt qu'évoluer.

   En ce sens, Jésus nous a rendus libres; qui plus est, Jésus étant envoyé par Dieu, c'est Dieu qui nous a rendus libres.

   À tel point que je suis également libre de croire ou de ne pas croire en Dieu, ou de ne pas le respecter même si je crois qu'il existe. Cette Liberté absolue de l'Humanité, d'abord en tant que Peuple Juif ensuite en tant que Peuples de Toutes Nations, n'est pas seulement inscrite dès le christianisme, dès Jésus-Christ, mais est relatée par les Prophètes eux-mêmes.

   C'est de cette liberté que naît "l'appel et l'attente de Dieu" envers chaque humain, chaque être, pris individuellement. Dieu nous appelle, il attend que nous choisissions de répondre favorablement à cet appel.

   Donc, on le voit, croire en Dieu est loin d'être un asservissement mais au contraire est signe de notre Liberté acquise en Jésus-Christ!

Lire la suite

Pour une sauvegarde de la prière du Notre Père

14 Octobre 2021 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #salut, #œuvres

   Il y a quelques années déjà le Pape François décidais de modifier une partie certes limitée mais néanmoins faisant sens de la prière du Notre Père.

   Pour rappel, voici l'ancienne version, celle qui a mes yeux aurait dû être conservée (et j'expliquerai pourquoi après), avec le passage modifié en gras:

   «Notre Père qui êtes aux Cieux, que votre Nom soit sanctifié, que votre règne vienne, que votre volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel. Donnez-nous aujourd'hui notre pain [spirituel] de ce jour, pardonnez nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous soumettez pas à la Tentation mais au contraire délivrez-nous du Mal; car c'est à vous qu'appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire, pour les siècles des siècles, Amen».

   J'écrivais donc que ce passage en gras, récemment transformé en «ne nous laissez pas tomber en tentation», a tout son sens biblique, et l'enseignement de Jésus est basé sur cette même Bible.

   Si l'on peut admettre que Dieu n'est pas le Tentateur, la Tentation, le Mal et que donc il ne saurait nous y "soumettre" dans le sens de "soumis à la question" comme on pouvait l'être par l'Inquisition, néanmoins je reviens ici sur un Livre de l'Ancien Testament très important pour nous éclairer ici: le Livre de Job.

   Qu'y est-il conté? Que Satan, l'ange déchu, se promène au Royaume des Cieux pour y rencontrer Dieu; qu'il y discute avec Dieu et à égalité avec Dieu de la dévotion et des multiples actions de grâce de Job envers le Seigneur et suggère que cela n'est peut-être pas étranger à sa condition plus que confortable sur Terre. Satan propose ensuite à Dieu de lui permettre de "tester", "de lui soumettre" Job. Ce que Dieu accepte.

   Donc, en le Livre de Job, on voit bien Dieu qui soumet Job au Tentateur, à la Tentation donc, dit au féminin.

   À la limite, si on voulait absolument remplacer cette partie de la prière il serait plus juste de prier «ne permettez pas que nous soyons soumis à la Tentation»; car pour ce qui est de ne pas y tomber je dirais que ça c'est notre propre boulot.

Lire la suite

Arius au travers d'une comparaison des Livres de la Sagesse de Salomon, du Siracide (Ecclésiastique) et Évangile de Jean

7 Octobre 2021 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #dialogue, #interreligieux

   Une chose est remarquable, pour trancher le débat initié par Constantin (Arius ne faisant que défendre l'avis majoritaire du christianisme primitif de l'époque), c'est l'extraordinaire ressemblance entre les contenus du Livre de la Sagesse de Salomon, du Siracide (ou Livre de l'Ecclésiastique) et du prologue poétique de l'Évangile de Jean.

   Malheureusement les protestants, habitués à la lecture de la Bible, ne disposent pas dans leurs bibles de ces deux premiers livres cités de l'Ancien Testament dans la mesure où ils ne font pas partie de la Bible canonique Hébraïque. Quant aux catholiques romains, qui les ont inclus dans leur canon biblique, ils n'ont tout simplement pas l'habitude de lire la Bible! Ce qui explique que l'on se base sur la tradition nouvelle initiée par Constantin et qui dure maintenant depuis plus d'un millénaire-et-demi. Jésus doit être Dieu fait chair puisqu'on l'a toujours dit...

   Pourtant force est de constater que le seul évangile (mais qui seulement dans son prologue) qui l'affirme, celui de Jean: «Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, la Parole était Dieu et la Parole a pris chair», n'est qu'un copier-coller d'un écrit à peine plus récent, datant de vers -30 avant Jésus-Christ, écrit à l'origine en grec (ce qui explique qu'il ne fasse pas partie de la Bible Canonique Hébraïque) mais traduit en araméen et en hébreu assez rapidement et qui s'est répandu très largement dans les différents milieux juifs du bassin méditerranéen (et dont donc Jean avait certainement pris connaissance).

   Il s'agit du Livre de la Sagesse (de Salomon), pouvant être résumé au chapitre 9 verset 9 également; et qui est confirmé au chapitre 1 verset 1 du Siracide (ou Livre de l'Ecclésiastique; à ne pas confondre avec le Livre de l'Ecclésiaste qui lui est hébraïquement canonique). En effet, ce livre de la Sagesse peut s'exprimer ainsi: «Au commencement était la Sagesse, elle était avec Dieu, elle était Dieu et elle pris chair de Salomon». On voit bien le parallèle lorsqu'on lit ce Livre en entier.

   Pourtant il n'est venu à l'esprit d'aucun juif de qualifier pour autant Salomon de «Dieu fait chair», de même que cela ne vient à l'esprit d'aucun chrétien et de même qu'il ne venait pas à l'esprit du christianisme primitif de qualifier Jésus de Dieu fait chair.

Lire la suite

Foi et Raison, une critique du point de départ de Saint Thomas d'Aquin

20 Juin 2021 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #dogmes, #foi, #interreligieux, #philosophie, #œcuménique, #œcuménisme, #éthique

   Alors tout d'abord il faut reconnaître les mérites de la démarche de Thomas d'Aquin: séparer la philosophie proprement dite et la théologie proprement dite. Il établit que la philosophie observe la Nature et ses manifestations et peut alors en arriver à Dieu, mais à un Dieu forcément différent de tout dogme. Tandis que la théologie part du Dieu du dogme et par là tente d'expliquer la Nature et ses manifestations.

   En ce sens il ne se trompe pas. Mais, continuant sur sa lancée, et reprenant les catégories d'Aristote, il en vient à décréter que la Foi serait supérieure à l'Opinion et quasiment du même ordre de certitude que la Science. Personnellement, et à tout individu réflectif de notre époque, cela semble choquant et l'est. Car de toute évidence la Foi en tant que telle n'est qu'une opinion buttée, qui ne veut être discutée.

   C'est que Thomas d'Aquin part d'Aristote. Et l'on sait le tort qu'Aristote, qu'un Aristote que l'on ne cherche pas à dépasser, a causé: c'est partant de l'aristotélicisme (et non de la  Bible) que Galilée fut condamné pour ses théories astronomiques. C'est que Aristote est binaire: pour lui, en Science, il ne saurait avoir que du totalement faux ou du totalement vrai.

   S'il était possible d'être binaire dans l'Antiquité, la science moderne, actuelle, nous prouve que la Science est aussi Opinion car dans maints domaines plusieurs théories toutes prouvables mathématiquement et rationnellement et en accord avec les modèles de bases admis généralement peuvent coexister parallèlement. Donc en adopter une plutôt qu'une autre est un choix de l'ordre de l'opinion et qui peut se discuter; doit même accepter d'être discutée à l'aune de la rationalité.

   En ce sens, la Foi doit être relativisée au même titre que la science. D'ailleurs c'est bien connu: il n'y a pas 6 grandes fois (hindouisme, bouddhisme, judaïsme, christianisme, islam, animisme ou associationnisme) mais bien 7 milliards de nuances de Fois: une par individu sur Terre. Chacun admet une chose et pas l'autre, entend par un mot ou un concept ceci plutôt que cela.

   Contre Saint Thomas d'Aquin et contre le Cardinal Ratzinger (pape Benoît XVI), je viens donc d'argumenter que la Foi est soumise au relativisme et pour rester saine doit en être totalement consciente!

Lire la suite

Homosexuels et Église Catholique Romaine

27 Mars 2021 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #hérésies, #salut, #œuvres

Mariage homosexuel dans l'Église de Suède

Mariage homosexuel dans l'Église de Suède

   Alors j'ai un peu (beaucoup) tardé à réagir aux récentes prises de position de l'Église Catholique Romaine vis-à-vis de l’accueil des homosexuels en son sein, et aux réactions diverses et souvent absurdes du monde homosexuel à celles-ci. C'est que justement ces prises de positions de l'Église étaient diverses car elles concernaient divers aspects, des plus logiques aux plus incompréhensibles.

   Car, comme me le rappelait à juste titre ma "paroissienne-contact" dans ma démarche avortée (aïe ici le mot est malheureux) de première communion devant être obligatoirement accompagnée pour les adultes de la confirmation, «une religion ne se fait pas à la carte, ou on prend tout d'une ou bien rien»! Et de fait j'y souscris et c'est pourquoi je fais partie de l'église invisible, tendance plutôt protestante bien qu'on puisse parfaitement l’accommoder de pratiques rituelles catholiques romaines.

   C'est-à-dire que si on se dit Catholique Romain on doit en accepter le catéchisme, le "grand", tel que défini dans "le Catéchisme Officiel de l'Église Catholique". C'est-à-dire principalement le fait que comme il y est écrit «seul le Magistère sait interpréter et enseigner sur les Saintes Écritures», et a donc en dernier ressort raison.

   Donc que je ne saurais rien apprendre de la Bible par moi-même, que seul un Prêtre peut m'apprendre ce que j'ai à apprendre.

   Démarche avec laquelle rompt radicalement le Protestantisme qui estime au contraire que, à la lecture des Lettres (Épîtres) de Paul, tout baptisé qui a pris entière connaissance de la Bible peut avoir un avis et qu'aucun avis, par ailleurs, n'est supérieur en qualité à un autre dans la mesure où il n'y a qu'un seul Esprit-Saint et qui se reçoit en quantité et qualité égale dès l'acte de baptême (seul sacrement originellement reconnu par les protestants).

   Alors, pour revenir aux homosexuels, il faut bien distinguer en premier les lesbiennes des gays. Ensuite, et je me suis déjà exprimé dans une vidéo à ce sujet, même si la majorité des gays brésiliens se disent "chrétiens", voire "catholiques romains" et ne voient aucun problème à leurs actes sexuels (trouvant par contre être un "péché" que de fumer du tabac); une méditation lectio divina, de lecture personnelle de la Bible, fait découvrir que s'il n'est pas impossible à un gay d'être chrétien, il doit néanmoins bien avoir conscience que dès le moment où il se dit chrétien il doit cheminer vers une amélioration spirituelle et donc un abandon de son homosexualité.

   Ce n'est là que mon avis, et qui en ce sens rejoint l'avis du Vatican.

   Mais interdire à un gay qui serait ou pourrait être favorable à un tel cheminement de participer à la communion est faux-cul, est déclarer clairement que le déroulement liturgique de toutes les messes dominicales ne sont que du cinéma! En effet, en communiant je reçois le corps et le sang du Christ qui est justement destiné aux "malades", aux "pécheurs", et non aux bien-portants. Ce qu'exprime la confession publique précédant l'eucharistie où l'on reconnaît être pécheur. Le fait-on par habitude ou bien pense-t-on réellement qu'on est pécheur?

   Personnellement lorsque je participe à une messe catholique romaine (ça m'arrive de temps à autres) et que je prononce cette confession publique, je pense à des péchés bien réels, en actes en paroles et en pensées, par actions et par omissions; si ce n'est pas le cas des autres catholiques présents dans l'église qu'ils se taisent donc.

   Le problème est que l'eucharistie s'est transformée d'une communion entre les fidèles et Jésus en une communion d'esprit entre les fidèles entre eux seuls et l'Église. Donc l'hostie ne doit pas être touchée par des gens "impurs", des gays par exemple, ce qui est contraire aux enseignements bibliques où Jésus-Christ se laisse toucher par des impurs et ensuite les rends purs!

   Si donc la condamnation de l'homosexualité me semble être une évidence, l'éviction des homosexuels de l'eucharistie me semble contraire aux enseignements du Christ. Et contraire également à la liturgie car alors tout catholique ayant prononcé la confession publique ne peut pas lui non plus recevoir l'eucharistie puisqu'il vient de se reconnaître impur!

   Mais enfin, pour la faire rapide, rien n'oblige un gay chrétien à rester catholique romain s'il ne veut pas changer de mode sexuel; il peut très bien devenir Protestant. En effet les églises protestantes luthériennes et réformées acceptent depuis maintenant une bonne dizaine d'années de bénir les couples homosexuels. S'il n'y a pas mariage c'est tout simplement car ces églises ne pratiquent pas le mariage ni même pour les hétérosexuels. Bénir un couple est le plus haut sacrement prévu pour la formation d'un foyer familial dans le protestantisme luthérien réformé.

   C'était le cas pour l'entièreté du protestantisme à la base, mais des affaires d'argent à gagner ont fait que certaines tendances protestantes se sont mises à pratiquer des "mariages" (les évangéliques par exemple).

Lire la suite

Le débat entre Constantin et Arius n'était-il pas inutile?

3 Décembre 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #hérésies, #dialogue, #interreligieux, #œcuménique, #œcuménisme

   Tous les lecteurs de ce blog le savent, jusqu'ici je faisais grand cas d'un des points de l'arianisme qui me semblait important: la nature "véritable" du Christ, homme ou dieu?

   Ce n'est un point qui est devenu exacerbé et important aux yeux des Églises Catholiques Romaines et Protestantes qu'avec l'apparition de l'Islam qui admet Jésus comme Messie mais non comme Dieu. À notre époque de relance de la conversion mondiale tant par les protestants que par les catholiques romains (les orthodoxes étant beaucoup moins prosélytes) ce sujet revient sur le devant de la scène, cette fois non plus comme point de débat entre ariens et constantiniens mais entre chrétiens et musulmans.

   Néanmoins ce débat millénaire initié par Arius a-t-il, à la lecture des Prophètes (qui sont tous reconnus par l'Islam d'ailleurs), une réelle utilité?

   Si je lis le Prophète Ésaïe (ou Isaïe), en Es 9.5 on peut lire: Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule; on l'appellera Admirable-Conseiller, Dieu Tout-Puissant, Père éternel, Prince de la Paix.

   Donc, puisqu'il a été prophétisé grosso-modo un millénaire avant Constantin que Jésus-Christ serait appelé «Dieu», aller contre ce fait serait aller contre la prophétie et tout débat à ce sujet est clairement inutile sauf pour cadrer certains concepts.

   Cadrer par exemple le concept de «Marie mère de Dieu», un concept qui cette-fois divise catholiques romains et protestants; et non sans raisons. Car qui peut se dire "mère d'un dieu" sinon une déesse? D'où la dérive vers une Marie-Déesse déjà évoquée ici.

   Sur ce sujet on se reportera aux catéchismes chrétiens qui veulent que Jésus-Christ (Messie) soit «à la fois Vrai Homme et Vrai Dieu». S'il est "Vrai Homme" c'est bien pour être né de la Vierge Marie. Donc Marie est «mère du Christ»; et s'il est "Vrai Dieu" c'est bien non pas par nature génétique ou biologique (ce que ne comprennent pas toujours les musulmans lorsqu'on parle de "Fils de Dieu") mais bien pour avoir été conçu du Saint-Esprit, c'est à dire de "Dieu le Père".

   En dehors de cela, et dans l'absolu, il n'y a pas à être choqué d'entendre Jésus le Christ être qualifié de Dieu.

   Mais est-il «Dieu le Père fait chair» pour autant? Quels éléments nous permettent de répondre à cette question?

   Premièrement et simplement on doit bien être d'accord sur le fait que, contrairement à Satan, Dieu ne trompe pas. C'est-à-dire que Dieu ne saurait mentir ni par action ni par omission.

   Or que dit Dieu de Jésus-Christ? Rappelons-nous du baptême de Jésus par Jean le Baptiste. Lorsque Jésus sort de l'eau, une voix, celle du Seigneur, se fait entendre et déclare: «voici mon fils bien aimé en qui j'ai mis toute ma joie» et non pas «me voici parmi vous» ou «voici le corps dans lequel je vais habiter»!

   Donc le débat d'Arius, ne s'opposant pas au fait de qualifier Jésus de divinité mais bien s'opposant au fait d'identifier Jésus avec le Dieu Unique fait chair, est en ce sens tout-à-fait utile.

Lire la suite

Il y a une différence entre syncrétisme et fusion des contraires!

5 Août 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #dogmes, #foi, #hérésies, #interreligieux, #philosophie, #salut, #œuvres, #prédestination

L'émission juive de France 2 "À l'Origine" ("Berechit") a invité le Dimanche 26 Juillet 2020 le philosophe Franz-Olivier Giesbert (qui nous a prouvé qu'il y avait environ 7 milliards de vrais philosophes sur Terre). On y a parlé religion et même religions, Dieu et même dieux et déesses. Pas nouveau de la part de juifs comme je l'explique dans cette vidéo.

Cette vidéo, ce Prêche Pastoral, se base essentiellement sur la lecture d'abord globale de l'Ancien Testament (la compilation des rouleaux et livres du judaïsme), puis particulière car très porteuse de morale des deux Livres des Rois.

En effet, il s'agit d'édifier certes les juifs mais les chrétiens de toutes dénominations également. Et personnellement je trouve triste que la majorité des prêches et homélies qui se prononcent actuellement dans le monde chrétien n'aient pour base que des extraits du Nouveau Testament (un évangile généralement) et non plus comme nourriture principale un passage de l'AT (Ancien Testament) que pourtant nous avons conservé dans notre Bible.

C'est comme si on avait combattu le marcionisme en tant qu'hérésie, c'est-à-dire à l'époque par le feu et le fer, les flammes des bûchers et les épées, par pur principe alors qu'en fait en ne commentant que le NT (Nouveau Testament) nous lui donnons raison!

Lire la suite

Sortir de la culture New-Age pour devenir vraiment chrétien (à propos de la Vierge Noire)

5 Juillet 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #hérésies

Nossa Senhora de Aparecida

Nossa Senhora de Aparecida

   Comme commenté dans une vidéo précédente, à une certaine époque, vers 1978-années '80s, aux 10 ans de Mai '68-'69, suite au Concile Vatican II l'Église Catholique Romaine a connu un franc succès chez des gens plutôt New-Age (ou Néo-New-Age devrait-on dire); et ce succès ne se dément pas pour cette génération qui a connu son adolescence à cette époque.

   De fait, c'est lors du Concile Vatican II, alors pourtant qu'il s'agissait d'un concile à vocation œcuménique, que fut débattu un sujet plutôt loin d'être anecdotique. En effet si Jésus-Christ est "Dieu né du Vrai Dieu", alors Marie est "la Mère de Dieu"; or qui peut se dire mère de Dieu sinon ... une Déesse!

   Marie-Déesse, un statut qui se joua à vingt voix près lors de ce concile réunissant un peu plus de 2100 participants. Soit à 1% des voix exprimées!

   Cette situation devant forcément perdurer, la question devant forcément revenir sur le devant de la scène au prochain concile, voilà qui ne manque pas d'attirer à l'Église Romaine nombre de crypto-hindous, d'adeptes de Gaïa et autres Mères Divines.

   Ah, une déesse-mère et l'amour cosmique, rien de tel! Malheureusement pour ces Néo-New-Age, il faudrait peut-être que l'Église Romaine leur signale qu'il existe un livre contenant les enseignements du Christ donc du christianisme: la Bible et non la littérature ésotérique.

   Car tous ces Néo-New-Age, de par leur seul attrait pour la déesse-mère figure chrétienne alter-ego de la Shakti (Kali) hindouiste, n'en sortent pas vraiment très évangélisés.

   Ainsi ils confondent (fondent ensemble) dans une histoire commune toutes les figures de Marie, les vierges, à peaux noires, hors contextualisation nécessaire pour chacune d'elles.

   S'il est effectivement extraordinaire qu'un pays n'ayant pas pratiqué la colonisation ni l'esclavage des Africains, la Pologne donc, ait comme emblème à son christianisme La Vierge Noire; il est commun en Afrique Continentale de représenter Marie avec une peau noire tout comme il est commun de la représenter en Asie avec une peau jaune.

   Ce que je veux dire? Qu'on ne saurais comparer et confondre la Vierge Noire, seule à porter ce nom par ailleurs, de Pologne avec les différentes représentations statuaires d'une Sainte-Marie à peau noire provenant de pays ayant connus, eux, la colonisation et l'afflux massif d'une population africaine vouée à l'esclavage.

   Ainsi on ne saurait identifier la polonaise Vierge Noire avec Nossa Senhora de Aparecida (Notre-Dame d'Aparecida) ou de Guadeloupe...

   Leur historicité est belle et bien différente. Et d'ailleurs ces dernières ne sont jamais qualifiées par les populations locales de "Vierge Noire". Et si on veut se renseigner sur leurs historicités spécifiques je pense que le site des Archives du Vatican est bien mieux indiqué qu'une quelconque littérature New-Age certes plus abordable intellectuellement pour ces syncrétiques olé olé.

   Voilà qui est dit!

Lire la suite
1 2 3 > >>