Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Ermite Urbain

Articles récents

Église visible et invisible

10 Novembre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #dogmes, #foi, #œcuménisme, #œuvres, #salut

   À propos des liens indéfectibles de générations en générations entre l'église invisible telle que définie par la Réforme et les églises visibles (de toutes confessions chrétiennes).

   L'une vaut-elle mieux que l'autre? Et si non, qu'apporte la visible à l'invisible?

Lire la suite

Le Bien et le Mal...

6 Novembre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #prédestination, #salut, #œuvres

   Beaucoup disent que si Dieu existait il n’y aurait pas de malheureux, pas de guerres, pas de famines, bref que tout le monde serait heureux.

   Si je pars de ce point ce n’est pas pour tenter de « prouver » l’existence de Dieu, ou sa non-existence, mais bien pour philosopher à propos du malheur et du bonheur. Et je commencerai par noter que s’il n’y avait pas de malheur et bien nous ne nous rendrions point compte des moments où nous vivons le bonheur.

   « À quoi sert la pluie ? », à tout le moins en ville où il n’y a pas de nature à nourrir d’eau. « À ce que nous soyons heureux quand il y a du soleil » !

   À quoi, ou à qui, imputer le malheur ou le mal ? Les religions abrahamiques personnifient le Mal et lui donnent des noms : Satan, le Diable, le(s) démon(s), Iblis, etc. Néanmoins nous savons qu’il n’y a qu’un Créateur et un seul ; donc si le Mal existe c’est bien par la volonté du Créateur et de nul autre.

   Et là se découvre l’utilité première du malheur, du mal, de l’injustice. S’il n’y avait le mal, s’il n’y avait des malheureux, s’il n’y avait des injustices qui donc sur Terre espérerait en une Vie après la mort ? C’est-à-dire qu’il n’y aurait de religions, il n’y aurait personne pour croire en un Créateur, quel que soit le nom qu’on lui donne.

   Il y a une phrase emplie de sagesse et qui fait dire à Dieu : « Je me cache, mais ils ne Me cherchent pas » ! L’utilité religieuse du malheur, du mal et de l’injustice réside donc en le fait que cela nous fait chercher Dieu. Il n’y aurait pas tous ces maux que nous ne nous en préoccuperions point.

   Le malheur appelle le bonheur : nous espérons en une vie après la mort qui soit plus heureuse que celle que nous avons à subir aujourd’hui. Le mal appelle le bien : nous sommes appelés à nous conduire avec droiture. L’injustice appelle la justice : nous espérons que nous serons rétribués chacun après la mort en fonction de notre conduite.

   Cela n’est pas seulement vrai dans les religions abrahamiques. Dans l’hindouisme, pour ne prendre que cet exemple, le cycle des réincarnations est influencé par le poids de mes fautes ou de ma bonté.

   Dès lors la question de savoir pourquoi il y a des justes qui sont malheureux et des injustes qui connaissent le succès et le bonheur se résout en ce que si les justes étaient directement ici-bas récompensés et les injustes « punis », nous n’aurions pas l’idée d’espérer en une rétribution future en fonction de nos mérites.

   Peut-être ce mal, ces malheurs, cette injustice sont-ils un moyen pour Dieu de nous pousser tout naturellement à le chercher et à espérer en ce que nous espérons.

   Enfin, et il convient de le noter: Dieu ne s'est pas fait Batman ou Spiderman! S'il intervenait à chaque fois pour empêcher qu'un quelconque mal soit commis, il n'y aurait certes plus d'athées mais il y aurait énormément d'opposants à Dieu car ce serait une conduite divinement autoritaire!

   Et de fait, Dieu a décidé de laisser les humains libres. Ce qui donne sens aux écrits bibliques dont au moins deux: La Sagesse pour ce qui est de l'Ancien Testament et du judaïsme, l'Apocalypse de Jean pour ce qui est du christianisme et du Nouveau Testament.

   S'il y a malheur ce n'est pas tant de la responsabilité de Dieu comme écrit plus haut que de la responsabilité même du genre humain. C'est nous qui sommes maîtres de nos actes!

Lire la suite

Jésus t'aime, pas toujours simple à entendre...

27 Octobre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #foi, #salut, #œuvres, #œcuménisme

   J'étais parti dans l'idée de créer une brochure Kindle (livre numérique Amazon), puis finalement ai décidé de faire plus court et de laisser disponible gratuitement à 0,00€ car: «ce que tu as reçu gratuitement, donne-le gratuitement».

   Alors version PDF:

   En résumé on peut l'affirmer: Jésus nous aime tous, même si nous ne l'aimons pas, cela constitue la Grâce que cet amour inconditionnel; il attend patiemment que nous répondions réciproquement à son amour fraternel, cela constitue la Foi.

   Cette conversion, cette foi, sauve des péchés précédents mais nous oblige à l'oeuvre de ne plus en commettre et de nous montrer justes et humbles selon la phrase de Jésus: «ta foi t'a sauvé, va et ne pèche plus!»...

Lire la suite

Des prophètes pour aujourd'hui, est-ce possible?

27 Octobre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #salut, #prédestination, #œcuménisme, #dialogue, #œuvres, #interreligieux

   Peut-il y avoir encore des prophètes? Si oui, ne seraient-ils pas aussitôt conduits en asile psychiatrique? Quelle solution face à cela le Seigneur met-il en oeuvre? Peut-on dire qu'il y a eu un temps prophétique au XXe Siècle? L'exemple du Summer Of Love et des événements de 1967 à 1969 est parlant...

   Et il convient de noter aussitôt que la fonction du Prophète n'est pas ce que nous entendons communément par "prophétiser" (dire l'avenir) de même que la fonction du Prédicateur n'est pas de "prédire".

   Le Prédicateur enseigne les choses de l'Écriture, le Prophète les choses de l'Esprit Saint...

   C'était je crois important à préciser.

Lire la suite

Convertir les musulmans?

10 Octobre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #dogmes, #foi, #salut, #œcuménisme, #interreligieux

En quoi l'idée de "convertir les musulmans" très à la mode parmi les "fous du Christ" est inappropriée et inutile car ils croient déjà en Jésus!

Ces cathos de la base (non moines, non curés, non nonnes, non évêques, non archevêques, non papes) en se voulant plus catholiques que le Pape participent en fait d'une bagarre du "Marché du Salut" entre obédiences chrétiennes plus qu'à une bagarre entre musulmans et chrétiens...

Lire la suite

Des bienfaits de l’œcuménisme et du dialogue inter-religieux

24 Septembre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #œcuménisme, #dialogue, #dogmes, #interreligieux

Première Rencontres d'Assise en 1986

Première Rencontres d'Assise en 1986

   Le dialogue inter-religieux est une nécessité de l'humanisme, donc de l'humanité. L’œcuménisme est une nécessité du christianisme, donc de tout chrétien. Je commencerai ici par la nécessité de l'œcuménisme qui nous aidera à mieux comprendre celle du dialogue inter-religieux.

   Après plus d'un demi siècle de déchirements, mais pas pour rien, de débats, de réflexions, de lectures et interprétations propres de la Bible, l'Église Catholique a vu son pouvoir autrefois monopolistique se disloquer en une multitude d'églises visibles issues du protestantisme et de la Réforme. Sans parler du conflit, millénaire celui-là, avec les Orthodoxes.

   Pourtant la force que portent les uns ne se retrouve pas forcément chez les autres! En effet, je parlais dans une vidéo sur la Foi et les Œuvres de la Force de l'Eucharistie catholique surtout pratiquée sous les deux espèces (pain et vin, hostie et vin blanc coupé d'eau). Je dois reconnaître que au moins, si certains n'y admettent pas la transsubstantiation, on est forcé d'y reconnaître la présence de l'Esprit du Messie. Force manquante dans les protestantismes.

   Par ailleurs il y a la Force de la lecture personnelle de la Bible chez les Protestants qui induit la pose de fondements solides à sa Foi. Ce qui manque aux catholiques croyants parce qu'il en a toujours été dit ainsi et qui ne savent répondre que très faiblement et insuffisamment aux contradictions.

   La Force des uns et des autres doivent se combiner et non se combattre pour le bien du christianisme. Cela s'appelle l'œcuménisme qui n'avance qu'à petits pas. Ainsi un baptisé catholique ne peut participer en général à la remémoration de la Cène (l'eucharistie) dans une église protestante et inversement. Ainsi bien souvent un protestant en mettra pas les pieds à la messe catholique en général et inversement.

   Ce qui prouve bien que l’œcuménisme a encore du chemin à accomplir. Tous, chrétiens, croyons au même Sauveur (Jésus-Christ), nos différences confessionnelles n'étant qu'affaires d'hommes et non affaires de Dieu!

   Donc, on le voit bien, rien qu'entre chrétiens des humains se sont érigés "Maîtres après Dieu", souvent "avant même Dieu" d'ailleurs, et nous ont séparés du divin.

   Et assumant me montrer relativiste, je dirais «qu'en est-il donc entre religions différentes»? N'en va-t-il pas de même?

   Le mot «Religion» signifie «relier». La religion permet de relier, est ce qui relie, les individus entre eux. Je dirais donc oui, certes, à chaque culture sa religion et il est important qu'il existe des différences religieuses quant à l'entendement du divin, du miraculeux, du Salut même, afin qu'il y ait différentes cultures!

   Cela permet de contrebalancer le mouvement de mondialisation marchand que de sauvegarder nos différences culturelles donc religieuses. L'idéal n'est certainement pas le grand melting-pot.

   Néanmoins, et je crois que ce fut la conclusion de Jean-Paul II lors du premier Congrès d'Assise en 1986, il y a un fond de Vérité dans chaque religion. Cette constatation conduit donc, et c'était le but de ces Rencontres d'Assise, à prôner et prier pour la Paix entre les Peuples tout en évitant l'acculturation.

Lire la suite

Des trois doigts

19 Septembre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan

Des trois doigts

   Comme illustration de blog, je montre trois doigts disposés perpendiculairement. Pourquoi? D'abord trois comme le baptême trinitaire ou Trinité tout simplement: Père (Dieu), Fils (Messie), Esprit-Saint (Lois du Cœur).

   Mais c'est aussi l'unité de l'espace temporel et intemporel: les axes temporels Nord-Sud et Est-Ouest du "carré" terrestre et l'axe intemporel Bas-Haut l'unifiant au "cercle" céleste.

   Cela me semble porteur de sens même pour un non-chrétien ou un non-croyant. Ce que nous faisons de temporel (politique, science, actes de la vie courante) est pour chacun de nous unifié à l'intemporel (échelle de valeur[s], éthique, philosophie, art de vivre, foi religieuse).

   Et pour reprendre le fameux «ce qui est en haut est comme ce qui est en bas», ces trois doigts signifient que le temporel scelle un lien avec l'intemporel. Les trois axes perpendiculaires (Nord-Sud, Est-Ouest, Bas-Haut) sont indissociables...

Lire la suite

Pour plus de respect

18 Septembre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan

Lire la suite

Un nécessaire retour au sens premier de "la Foi sauve"

11 Septembre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #foi, #œuvres, #salut

Un nécessaire retour au sens premier de "la Foi sauve"

   «La Foi Sauve» provient d'un constat qui poussa Luther à rejoindre et amplifier le mouvement de la Réforme, un constat premier du protestantisme mais qui aujourd'hui a malheureusement été détourné de son sens primitif dans le monde protestant.

   Il s'agissait au départ, dans son fondement, non d'une négation de la nécessité des œuvres mais de l'inutilité de ce que l'Église Catholique pratiquait: d'abord la confession auprès d'un curé ou prêtre, ensuite l'achat d'indulgences afin de s'assurer une place au Royaume de Dieu.

   «Le Royaume de Dieu est offert non à qui l'achète mais à tous ceux qui ont la Foi en Dieu et en Jésus-Christ»! C'est l'un des fondements de la pensée luthérienne et de sa révolte. Si j'ajoute à cela qu'il "persévère" en se référant à la Bible où il est écrit «confessez-vous les uns auprès des autres» et non «auprès d'un ancien, d'un diacre, etc.» et que le fondement du protestantisme est de rejeter les dogmes établis par des hommes mais ne faisant pas partie des Écritures pour privilégier ce qui est bel et bien écrit dans la Bible, dès lors on comprend beaucoup mieux la génétique de l'affirmation qui est la même que celle de Jésus: «va, ta Foi t'a sauvé»!

   Mais n'oublions pas, contrairement à certains courants dont j'ai déjà parlé ici, que Jésus ajoute: «et ne pèche plus»! Ce qui signifie clairement que cette Foi serait nulle sans les Œuvres (cf. l'Épître de Jacques et l'Apocalypse de Jean)...

   Telle est la génétique même de l'affirmation chez les protestants primitifs «la Foi sauve».

Lire la suite

Utile la Prison?

10 Septembre 2019 , Rédigé par Philippe Le Bihan

J'ai publié voici maintenant pas mal de temps une brochure intitulée "Utile la Prison?". Alors évidemment poser la question c'est déjà y répondre.

Je n'ai pas l'éloquence d'un avocat mais je dirais que je préférerais qu'un criminel plutôt que de passer des années en prison pour rien sinon être encore plus salaud à sa sortie, passe des années face, selon son crime, à des professeurs, des éducateurs, des psychologues, des psychiatres, des sexologues et change complètement de mentalité.

Quand on est adulte on n'est plus à la cours de récréation où un prof., un pion, vient te dire «toi t'as pas été sage, au coin pendant un quart d'heure!».

Ainsi Marc Dutroux a été condamné à 30 ans de réclusion, peine maximale en Belgique. Le réquisitoire contre la peine de mort a déjà été fait par Robert Badinter en France, ce réquisitoire continue dans le monde et principalement aux USA où l'on découvre grâce aux nouvelles techniques de recherche de traces d'ADN de plus en plus de cas de gens qui ont été assassinés par la "Justice" par peine de mort et qui se révèlent avoir été innocents des crimes dont on les accuse! Cela se suffit à soi-même je pense.

Oui, Marc Dutroux a été condamné à de la prison, seulement comme je l'explique et j'explique aussi pourquoi dans cette brochure, la Prison est une "peine" inutile et il faudrait d'ailleurs en finir avec la notion de "peine" de "punition" de "t'as pas été sage, au coin!". Car comme on l'a pas traité, et nul doute que la pédophilie est un phénomène psychiatrique qui relève de la sexologie et donc se traite, car par ailleurs après ses 30 ans de prison il sera de facto libéré, il sera libéré toujours pédophile!

Ce qui fait dire aux populos «qu'il reste en prison», «avec nous il n'en sortira pas». Or nous sommes en démocratie, ou en tout cas censés l'être, donc il y a un principe supérieur aux émotions fut-ce relayées à force d'affect par les médias, c'est le principe du Droit et de son respect. 30 ans c'est 30 ans pas plus!

Il n'a pas changé, certes mais la faute à qui? Pas à lui. À ceux parmi tous les législateurs (les politiciens donc) qui ne se sont jamais demandé si la prison servait réellement à quelque chose et s'il ne fallait pas la remplacer par quelque chose d'autre.

Je veux bien que ce soit un chantier de plusieurs dizaines d'années, mais on n'a même pas encore trouvé bon de l'initier.

Et enfin à ceux qui prendraient les prisonniers pour des fabuleux héros type "Robin des Bois" qui soi-disant en feraient voir jusqu'à la mort à des violeurs et des violeurs d'enfants encore pire; détrompez-vous!

En effet, au moins un témoignage d'un ex-prisonnier me fait dire que si ce violeur est belge certes il passera un mauvais quart d'heure en prison mais s'il est arabe rien ne lui arrivera! En effet, ce prisonnier avait rencontré à la prison de Forest un arabe qui ne cachait à personne d'être là pour viol incestueux sur mineure d'âge et jamais celui-ci n'a eu de problèmes avec quiconque au sein de la prison! C'est que tu comprends mon frère c'est écrit dans le Coran...

C'est qu'il ne faut pas attendre d'impartialité, d'égalité de jugement de la part de justiciables qui à travers les Tribunaux n'ont appris que la fausseté du dogme selon lequel "tout le monde est égal en Droit".

En effet, ce présupposé des Droits de l'Homme n'est pas d'application en Belgique (et j'y ajouterai la notion de "double peine" abordée dans cette brochure) ni même en France!

En effet: Tariq Ramadan s'est retrouvé incarcéré dès la première accusation de viol et l'est maintenant depuis des mois alors que à chaque audition (trois maintenant) les dires des plaignantes étaient disqualifiés et pendant ce temps Luc Besson ne subit pas le même sort du tout. Normal l'un est perçu comme "un affreux théoricien islamiste" (ce qu'il n'est pas), l'autre comme le fleuron de la Culture Française.

Récemment (il y a quelques années), en réaction à la question "utile, la prison?", le monde judiciaire a trouvé bon d'argumenter que la peine de prison était utile car elle permettait d'isoler le délinquant du milieu criminogène qu'il fréquentait quotidiennement.

J'aurai face à cela deux remarques, une humoristique et une seconde plus réaliste.

1. Si tel était l'utilité de la prison alors on ferait bien d'y envoyer tous ceux qui suivent une quelconque cure de désintoxication à quelque addiction que ce soit (tabac, alcool, drogues, jeux d'argent, jeux vidéo, achat compulsif, etc.). Pourquoi n'est-ce pas le cas puisque la prison se révèle si utile que ça?

2. La réalité est qu'on écarte le délinquant le temps de sa peine mais qu'une fois libéré il courra directement illico-presto retrouver ses vieilles connaissances "criminogènes", qu'en plus la fusion avec ce groupe d'amis sera encore plus forte qu'avant d'autant que désormais il leur devra de ne pas s'être retrouvé clochard à sa sortie, et qu'enfin il connait désormais la différence entre Liberté et Enfermement!

Ce qui fait que désormais il n'hésitera plus beaucoup avant de tirer sur la police quand il faudra défendre sa liberté d'être... en Liberté!

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>