Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Ermite Urbain

De la bonne terre!

23 Juin 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #foi, #philosophie, #prédestination, #salut, #œcuménique, #œcuménisme, #œuvres

la pousse de la semence

la pousse de la semence

   Sur une lecture de la Bible je suis tombé dans un passage de l’évangile de Matthieu en Matt 13.1-9 expliqué plus loin en Matt 13.18-23. Il s’agit de la parabole du semeur, qui se termine par la phrase clef : « Mais d’autres grains tombèrent dans la bonne terre et produisirent des épis » (Matt 13.8). Et je me dis soudainement, oui, vraiment, c’est quand des épis portant de bons grains poussent que l’on sait qu’il s’agit d’une bonne terre.

   Ainsi on peut critiquer sur beaucoup de sujets l’Église Catholique Apostolique Romaine en tant qu’institution, mais à la vue de ses grains on ne peut nier qu’il s’agisse d’une bonne terre ! Et si je le découvre c’est grâce à l’Église Protestante, autre bonne terre.

   C’est qu’une fois qu’un épi a porté du grain, le vent s’empresse de porter ces grains partout où il le peut, et donc de l’épi catholique romain le vent a porté des grains dans une autre bonne terre, faisant naître l’épi protestant réformé. L’un ne peut se concevoir sans l’autre.

   Les épis produits ne sont pas limités d’ailleurs à la simple, mais nécessaire, évangélisation. Et c’est là qu’on voit la qualité du grain. L’évangélisation et le catéchisme certes, mais aussi toutes les œuvres tant catholiques que protestantes : écoles, hôpitaux ou dispensaires de soins, ONG de tous types, aide aux pauvres, aide alimentaire envers le « tiers-monde et le quart-monde » (qui représentent en fait le ¾ monde), etc.

   Deux bonnes terres, se devant beaucoup l’une par rapport à l’autre et ce dans les deux sens.

   En réalité, bien que de catéchisme protestant, je n’ai jamais été un iconoclaste au sens premier du mot. C’est-à-dire qu’à mes yeux, et il faut savoir reconnaître au moins ce mérite, comme je l’ai déjà dit maintes fois, les églises (bâtiments) catholiques du fait de leur architecture recherchée, leur majesté, leurs vitraux riches de sens, leurs statues ou statuaires et leurs monuments, sont une nourriture pour l’esprit et donc font œuvre d’évangélisation silencieuse.

   D’un autre côté, le protestantisme et sa lecture interprétative en langage usuel de la Bible, du fait même de faciliter cette lecture (invention de l’imprimerie et usage des langues civiles), de la prôner comme une habitude, de ne pas la soustraire au Libre Examen, d’en promouvoir l’interprétation dans un sens global, fait œuvre d’affermissement personnel du chrétien (nouveau ou ancien).

   À côté de cela, de cette évangélisation et affermissement, il y a les œuvres communes au catholicisme romain et au protestantisme de la lutte contre l’esclavage, de la lutte pour les droits civiques et contre le racisme. Le pasteur Martin Luther King en est une figure martyre et emblématique mais pas que lui.

   N’oublions pas tout ce que le Monde Profane et souvent athée doit aux chrétiens. La Renaissance et l’Humanisme côté catholique certes mais aussi ne fut-ce que pour aujourd’hui la House (ou Housemusic), la Disco, le Funk, la Soul, le Jazz, etc. issus pour ceux-ci des églises protestantes principalement baptistes, seuls lieux où les Noirs pouvaient apprendre et donc jouer de la musique !

   Bref, si l’on ne peut certes nier les dérives des institutions ecclésiales (toutes), des pires tels les crimes pédophiles, aux actuelles tels l’abus spirituel et l’appropriation, le vol au Peuple, du Christ, on ne doit pas néanmoins jeter le bébé avec l’eau du bain.

   Car, comme écrit plus haut, il s’agit de bonne terre !

Lire la suite

Ce qu'est la Communion, l'Eucharistie ou Saint-Sacrement

14 Juin 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dialogue, #foi, #œcuménique, #œcuménisme, #œuvres

Ce qu'est la Communion, l'Eucharistie ou Saint-Sacrement

   Il me semble que le sens évident, apostolique, donc en vigueur pendant au moins les trois premiers siècles du christianisme primitif, de la participation à l'eucharistie consiste en une communion entre les fidèles chrétiens d'où qu'ils soient et le Christ Jésus: «faites cela en mémoire de moi».

   Or voici que souvent, trop souvent, il s'agit de la communion entre chrétiens d'une Église (institution) particulière et cette Institution. Cela est particulièrement vrai dans l'Église Catholique (Romaine s'entend), beaucoup moins vrai chez les Protestants français, mais réellement vrai dans toutes les Églises belges tant protestantes qu'orthodoxes qu'anglicanes que catholiques romaines.

   Or comme l'a déclaré le Pape François dans une homélie peu remarquée, il convient de retrouver l'unité de l'Église (ecclesia, communauté des chrétiens) dans sa diversité et le respect de cette diversité. Profession de foi œcuménique qui peut se réaliser exceptionnellement comme à la Communauté de Taizé.

   Mais un Taizé, s'il est possible en France, est totalement impossible en Belgique. Et cela est dû au mode de financement des cultes particulier à la Belgique: un financement par l'impôt au pro-rata du nombre de baptisés.

   Ce qui fait que même un protestant baptiste ne pourra pas, en pays belge, communier dans une autre église protestante mais méthodiste celle-là!

   C'est bien ça le malheur: nous ne communions plus entre chrétiens et avec Jésus mais entre membres d'une chapelle et avec la tête de cette chapelle!

Lire la suite

La néanmoins utilité des Églises intitutionnelles

11 Juin 2020 , Rédigé par Town Ground Publié dans #dialogue, #foi, #interreligieux, #œcuménique, #œcuménisme, #œuvres, #salut

Malgré leur tendance naturelle à l'abus spirituel, il faut néanmoins reconnaître (ce que j'ai toujours fait: "qui aime bien châtie bien") l'utilité et la nécessité absolue de l'existence des Églises en tant qu'institutions et donc aussi de l'Église Catholique Apostolique et Romaine.

Lire la suite

De l'abus spirituel

11 Juin 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #hérésies, #salut, #éthique

L'abus spirituel est défini par l'Église Catholique Romaine (Vaticane donc) elle-même comme étant l'acte par lequel quelqu'un auto-proclame détenir la Vérité indiscutable hors textes bibliques et donc s'érige de ce fait entre Dieu et les hommes. Or n'est-ce pas ce que fait très exactement l'Église en tant qu'institution?

Enfin une petite note tout de même importante:

Si le terme «arianistes» est certes très présent dans la littérature Néo-New-Age; il est totalement absent du dictionnaire. Le dictionnaire utilise pour désigner les arianisants, les partisans de la doctrine d'Arius, le terme «ariens», avec "i" et non "y"; il s'agit effectivement du terme exact.

Pour savoir si vous lisez de la littérature informative sérieuse et non des fake news (New-Age), lisez donc bien s'il y est question d'ariens ou d'arianistes; de même s'il est question des «solstices» de printemps et d'automne, qui n'existent pas car ce sont des équinoxes à ces moments précis de l'année contrairement aux solstice d'été et d'hiver.

Lire la suite

Inspiré par George Floyd

5 Juin 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #philosophie, #œuvres, #éthique

   Il faut reconnaître aux Peuples Noirs la primauté de «Peuple Adamique», c'est-à-dire source de l'humanité toute entière. En effet, que l'on soit croyant ou non, les sciences (archéologie, biochimie, etc) nous démontrent que l'humanité provient du même ancêtre commun et que cet ancêtre commun est apparu en Afrique noire.

   Qu'on cite tantôt le nord du Tchad ou tantôt le sud de l'Éthiopie.

   Donc il est de notre devoir à tous d'y voir non seulement nos origines mais aussi notre futur. Et donc de se préoccuper des malheurs qui touchent les Peuples Noirs.

   Ce qui me désole est que dans cette affaire George Floyd, certes si on peut dénoncer un éventuel racisme de l'agent de police responsable de sa mort (mais on ne sait comment avait l'habitude le même agent de traiter les blancs qu'il arrêtait), on ne peut de ce cas particulier en faire un cas général d'abord pour l'ensemble des policiers américains, ensuite - contrairement à ce que c'est devenu - un cas mondial.

   De fait, à notre époque, on peut le dire: 99,99% des noirs qui sont torturés, mutilés, tués le sont par ou avec la complicité d'autres noirs. Le cas du génocide des Tutsis n'est pas isolé; les divers régimes fascistes ou plus pudiquement "dictatoriaux" d'Afrique et même beaucoup de milices para-militaires menées par des "dissidents" y contribuent. Bref seuls 0,01% le sont par acte de racisme strict.

   C'est cela qui fait le vrai malheur des Peuples Noirs a été le passage de leurs élites, gouvernants comme opposants, à l'école néo-impériale principalement française et belge. Ils ne semblent avoir retenu comme exemple de modèle politique que la République Française qui s'établit sur l'assassinat du dirigeant précédent (le Roi en l’occurrence); et de cette république que l'Empire de Napoléon!

   Le vrai malheur se trouve dans la position de sans-voix desdits Peuples Noirs face à une ploutocratie, une bourgeoisie noire, se délectant des privilèges de la décolonisation pour eux-mêmes et eux seuls sans préoccupation pour le Peuple.

   Comme dit dans un autre prêche; le problème ne serait pas que l'occident paie trop peu les matières premières soutirées à l'Afrique car regardez combien à peine coûte le litre de pétrole brut et combien sont riches les qataris, mais bien que des dirigeants d'entreprises locales et des politiciens locaux gardent la manne en poche pour eux-mêmes.

   Le malheur du Noir n'est donc plus à notre époque le racisme du blanc mais bien plutôt, au niveau mondial s'entend, la "légèreté" de ses propres dirigeants.

   Lorsque les diverses organisations qui se sont mobilisées suite à la mort de George Floyd seront capables de se mobiliser pour défendre ces causes énumérées ci-dessus, je pense qu'on sera passé de la bien-pensance mode bisounours à la prise de conscience.

Lire la suite