Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Ermite Urbain

Vérités sur l'Église et le nazisme et sur l'Église elle-même

6 Avril 2020 , Rédigé par Philippe Le Bihan Publié dans #dogmes, #foi, #œuvres, #éthique

   Lorsqu'on lie dans la même pensée Église ou Pie XII et nazisme c'est malheureusement trop souvent pour accuser les premiers de collaboration avec le second. En niant des faits indéniables, des pans entiers de l'Histoire et en inventant une histoire honteuse à partir de ragots de laïcards bouffeurs de curés.

   De fait, dans notre monde moderne et dans la Grande Histoire Totale du Saint-Siège, le Vatican n'aura été attaqué physiquement deux fois en moins de dix ans que sous la période Hitléro-mussolinienne. Une des deux fois il s'agissait d'un bombardement du Vatican par les nazis; et pourquoi?

   Car Hitler accusait le Vatican de transmettre des messages codés via Radio Vatican aux Résistances des pays européens occupés!!!

   Bref l'Église était perçue par les nazis comme un facteur de la Résistance. Pourquoi donc, des années après, est-elle perçue comme collaboratrice?

   C'est que si effectivement le Vatican a promu la Résistance des catholiques européens à tel point que le Grand Rabbin de Rome le remerciera; le Vatican a également dès la fin de la guerre permis à des criminels nazis de fuir le Tribunal de Nuremberg vers l'Amérique Latine (Argentine surtout).

   Comment l'expliquer? C'est que au moins dès le Concile Vatican Ier l'Église Apostolique Romaine s'inscrit désormais clairement dans ce que l'on pourrait nommer grossièrement comme une «option préférentielle pour les perdants».

   Elle se veut l'Église des pourchassés, des sans-voix. Et si ces fameux "perdants" étaient dès le début de la guerre les juifs, qui ne sont déjà plus définis depuis longtemps déjà comme «Peuple déicide»; dès la fin de la guerre les perdants sont clairement les nazis.

   C'est idiot, certes, mais c'est ainsi.

   Ce qui démontre bien que l'Église qui se clame intemporelle, à la Foi et aux Dogmes inamovibles avec le temps, au contraire évolue selon le temps et les modes (le Concile Vatican II le démontre à lui seul).

   Ainsi le célibat des prêtres est un dogme qui date d'à peine 500 ans! Avant il en allait tout autrement et on connu même des Papes mariés! En fait le célibat était largement répandu parmi les prêtres simplement car ceux-ci étaient majoritairement d'anciens moines. Or être moine induit le vœux d'abstinence (et pas seulement de simple célibat). Mais ceux qui étaient devenus prêtres sans avoir auparavant été moines pouvaient jusqu'à il y a grosso-modo 500 ans d'ici se marier et avoir des enfants.

   Ce simple fait nous pose alors la question de l'infaillibilité papale. Mais notons aussitôt que le Pape n'est pas le Chef de l'Église, il n'en est que le Porte-Parole. C'est un petit point de détail très difficile à expliquer, j'y consacrerai peut-être un article car ce seul sujet mérite à lui seul un article entier.

   Ou bien alors je continuerai cet article, mais maintenant il se fait tard (01h48 AM)...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article